Etude sur les plateformes en ligne de prise de rendez-vous médicaux

Etude sur les plateformes en ligne de prise de rendez-vous médicaux

Fluidifier les transactions entre patients et médecins

Avec une population vieillissante et un taux de tabagisme et une consommation d’alcool plus élevés en France que dans les autres pays de l’OCDE, la demande de soins médicaux s’annonce à la hausse en France et en Europe de manière générale. Un facteur déterminant de la demande pour les soins médicaux est l’état de santé de la population.

Les résultats de notre étude démontrent que, même si dans l’ensemble 65% des répondants déclarent être en bonne santé, seulement 14% jugent leur santé « très bonne ». Ainsi 37% disent avoir pris rendez-vous chez un médecin généraliste entre 3 et 5 fois au cours des 12 derniers mois, et 21% pour un médecin spécialiste. Ces rendez-vous peuvent s’avérer difficiles à obtenir dans des délais convenables, ce qui contribue au mécontentement des patients, et crée de nombreux désistements, une situation loin d’être parfaite à la fois pour les médecins et pour les patients

Les plateformes numériques de prise de rendez-vous médicaux se positionnent sur ce marché, induit à la fois par ce nouveau paysage économique et social, et par la démocratisation des interfaces de communication numérique. Elles soutiennent une proposition de valeur visant à optimiser les transactions entre patients et médecins afin de réduire le temps ainsi que les charges de secrétariat pour les médecins, et faciliter la prise de rendez-vous pour les patients

Un service intéressant, qui influence l’image des médecins qui le proposent

Plus de la moitié des Français (53%) ont déjà entendu parler des sites de prise de rendez-vous médical en ligne, et 15% les ont déjà utilisés. C’est surtout à Paris que le service est connu (71%) et utilisé (29%). 

Doctolib et Mondocteur se distinguent comme leaders de ce marché, atteignant respectivement 14% et 12% de notoriété assistée parmi l’ensemble des adultes français.

Le domaine de la médecine est néanmoins un cas particulier pour l’adoption des nouvelles technologies. D’après le docteur Robert Pearl de l’université de Stanford, la technologie appliquée à la médecine doit, entre autres choses, répondre à un réel besoin sans pour autant occasionner de coûts supplémentaires pour les patients. Ainsi, au-delà de répondre à ces exigences, le modèle mis en place par ces plateformes permet de fournir des services adaptés aux besoins des patients et des médecins tout en créant une communauté collaborative autour des services qu’elles proposent : 44% des répondants trouvent leur offre intéressante, et 43% se disent susceptibles de les utiliser.

De manière générale 53% des Français connaissent ces plateformes de prise de rendez-vous médicaux, mais uniquement 15% déclarent les avoir déjà utilisées. Ces chiffres passent à 71% et 29% respectivement en région parisienne, où un plus grand nombre de médecins y proposent la prise de rendez-vous à travers ces sites internet et autres applications. Ces chiffres illustrent le besoin de ces plateformes d’attirer un plus grand nombre de médecins, notamment dans les petites villes, afin de répondre à la demande du marché. 

En tenant compte de la place importante qu’occupent les interactions sur ces plateformes, une mesure de la perception des médecins proposant des services de prise de rendez-vous en ligne montre que si 67% des Français ont une impression positive des médecins, seulement 43% déclarent avoir une impression positive des médecins qui proposent la prise de rendez-vous en ligne. Cet écart peut s’expliquer par une certaine méconnaissance des plateformes et de leur mode d’utilisation : en effet, parmi ceux qui connaissent ces plateformes, 54% ont une impression positive des médecins qui proposent la prise de rendez-vous en ligne, et cette bonne impression atteint même 81% parmi les utilisateurs des plateformes.

Les résultats détaillés de l'étude ici

Veuillez lire les règles de notre site avant de poster un commentaire.