Résultats du Baromètre YouGov France / Le Huffington Post / I>télé de Septembre 2016

Résultats du Baromètre YouGov France / Le Huffington Post / I>télé de Septembre 2016
par

L’exécutif ne parvient pas à enchaîner une troisième hausse consécutive de popularité en cette rentrée 2016

Après un été fortement marqué par la menace terrorisme, la polémique autour du burkini et la rentrée politique sur fond de primaires, l’exécutif enregistre une baisse de popularité après deux mois pourtant encourageants.

La cote de popularité du Président François Hollande baisse en ce début de rentrée politique. Avec 14% d’opinions favorables (-1 point par rapport à août), François Hollande ne parvient pas à enregistrer une troisième hausse consécutive et à tirer profit de la primaire de la droite et du centre où les coups pleuvent déjà entre les candidats. Dans le détail, François Hollande reste stable auprès de sa majorité avec 43% d’opinions favorables et parvient même à regagner un point auprès des sympathisants de l’extrême gauche (13% d’opinions favorables). Au centre, le chef de l’Etat parvient à renouer avec la confiance des sympathisants avec une hausse de 10 points (24% d’opinions favorables). Enfin, auprès de l’opposition, la tendance est tout autre : François Hollande perd respectivement 2 points auprès des sympathisants Frontistes (5% d’opinions favorables et des sympathisants Les Républicains (4% d’opinions favorables).

Le Premier ministre quant à lui, enregistre une baisse plus significative et revient à son niveau de popularité de juillet dernier. Crédité de 15% d’opinions favorables (-2 points par rapport à août), Manuel Valls accuse le coup de ses dernières sorties médiatiques très controversées à propos du burkini. Auprès des sympathisants PS, EE-LV le chef du gouvernement perd 3 points et se voit crédité de 41% d’opinions favorables. En revanche, Manuel Valls gagne 4 points auprès des sympathisants de l’extrême gauche (13% d’opinions favorables), 7 points auprès des Centristes (29% d’opinions favorables) et 3 points auprès des Frontistes (7% d’opinions favorables). Enfin, auprès des sympathisants Les Républicains Manuel Valls perd 3 points (7% d’opinions favorables).

Ce mois-ci, l’insécurité est en retrait en ce qui concerne les sujets de préoccupation des Français en politique mais reste tout de même à un niveau élevé.  Dans le détail, « le chômage, l’emploi » reprend la tête du classement malgré une baisse d’un point (27%) suivi de l’« immigration » qui gagne une place et surtout 5 points (17%). Enfin, l’« insécurité » enregistre la plus forte baisse (14%, -15 points par rapport au mois dernier) mais conserve la troisième position des sujets de préoccupation de la population.

A l’instar du couple exécutif, le gouvernement voit son image se détériorer auprès des Français

Crédité de 13% d’opinions favorables, le gouvernement français enregistre une baisse de popularité d’un point ce mois-ci. Très disparate, l’équipe gouvernementale se refait une santé auprès des extrêmes et du centre : en effet, le gouvernement gagne 6 points auprès des Centristes (23% d’opinions favorables), 7 points auprès des sympathisants d’extrême gauche (16% d’opinions favorables) et 2 points auprès des Frontistes (6% d’opinions favorables). A contrario, le gouvernement perd 5 points auprès des sympathisants Les Républicains (1% d’opinion favorable) et 4 points auprès de sa majorité (40% d’opinions favorables).

Le gouvernement enregistre une baisse quasi-générale ce mois-ci sur les items politiques et sociétaux. En baisse, moins de trois Français sur dix estiment que le « gouvernement est prêt à prendre des décisions impopulaires si elles sont bonnes pour le pays » (29%, -1 point). En baisse également, moins d’un quart des Français estime que le gouvernement « a de bonne intentions, même s’[ils] ne [sont] pas toujours d’accord avec ses positions » (24%, -4 points) et qu’il « s’adresse à toute la population, pas seulement à ses électeurs » (23%, -1 point). Enfin, moins d’un Français sur cinq déclare que le gouvernement « a une ligne claire, dont il ne bouge pas » (19%, -6 points), qu’il « est composé de personnes compétentes » (16%, -4 points) et que « la société qu’il prône est globalement celle dans laquelle [ils] souhaite[nt] vivre » (15%, stable).

Comme le gouvernement, le parti Les Républicains connaît une baisse quasi-générale sur l’ensemble des items politiques et sociétaux. En tête, un tiers des Français estime que le parti Les Républicains « est prêt à prendre des décisions impopulaires si elles sont bonnes pour le pays » (33%, -2 points). Derrière, moins d’un tiers estime que le parti « a de bonnes intentions, même s’[ils] ne [sont] pas toujours d’accord avec ses positions » (29%, -3 points), qu’il « va de l’avant, et propose des mesures modernes » (26%, -1 point) et qu’il « est composé de personnes compétentes » (26%, -2 points). Enfin, tout juste un quart des Français déclare qu’il « a une ligne claire, dont il ne bouge pas » (25%, -1 point).

Les résultats détaillés du Baromètre ici

Retrouvez aussi le palmarès des personnalités

Veuillez lire les règles de notre site avant de poster un commentaire.