Etude spéciale COVID-19 #13 : libertés individuelles et santé collective

Etude spéciale COVID-19 #13 : libertés individuelles et santé collective
par

La France sort progressivement du confinement depuis ce lundi. Pour faciliter cette étape de retour à la vie "normale", le gouvernement prépare une application smartphone baptisée StopCovid. Son lancement est prévu pour le 2 juin prochain.

Objectif : limiter la propagation du virus

Cette application permettra de prévenir les personnes qui ont été en contact avec un malade testé positif afin de pouvoir se faire tester soi-même, et si besoin être pris en charge très tôt, ou bien de se confiner. 85% des Français avaient déjà entendu parler de cette application avant de répondre à cette enquête – un chiffre qui chute à 76% chez les 18-24 ans.

StopCovid divise les Français

Si 52% des Français sont favorables à la mise en place d’une telle application, 34% ne le sont pas. On note cependant que les 18-24 ans sont plus nombreux à approuver l’instauration de StopCovid (62%).

Les Français sont aussi partagés sur l’utilisation de l’application en elle-même. En effet, 45% de la population déclare ne pas être prêts à utiliser ce nouvel outil. A nouveau, les 18-24 ans sont moins réticents que le reste de la population à ce sujet et sont davantage prêts à utiliser StopCovid (54%).

Enfin, plus d’un Français sur deux estime que ce type d’application met en danger le respect de la vie privée et des libertés (53%).

Le secteur privé récolte aussi des données confidentielles

Dans le secteur privé, des applications telles que Facebook ou Google peuvent aussi recueillir des données confidentielles notamment grâce à l'outil de géolocalisation nécessaire au bon fonctionnement de l'application. Ces données peuvent cependant être désactivées via les paramètres de confidentialité.

Les nouvelles technologies au service de la santé collective

Toujours dans le domaine des libertés individuelles, la ville de Cannes a récemment mis en place une technologie de détection du port du masque. La mairie a installé dans ses trois marchés extérieurs des caméras pour avoir une idée précise du nombre de personnes qui y entrent avec un masque. Une initiative approuvée par la majorité des Français : 59% d’entre eux estiment que ce type de dispositif est une bonne chose – un chiffre qui descend à 47% chez les 45-54 ans.

Par ailleurs, policiers et gendarmes ont désormais recours à des drones équipés de caméras afin de faire respecter les consignes sanitaires mais aussi mieux repérer et verbaliser les Français en infraction. L’instauration de cette technologie est approuvée par plus de la moitié de la population : 57% des Français sont favorables à la surveillance par drone.

Les libertés individuelles sont directement impactées via la mise en place de ces nouveaux outils, mais pour combien de temps ? Ainsi, plus d’un Français sur deux estime que cette crise sanitaire va faire basculer la France dans une société de surveillance généralisée (55%) – un sentiment moins partagé chez les 18-24 ans (43%).

Pour accéder aux résultats détaillés cliquez ici.

Méthodologie :

Etude Omnibus réalisée du 05 au 06 mai 2020 auprès de 1 021 personnes représentatives de la population nationale âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

Follow @YouGovFrance

NOUS CONTACTER

 
Veuillez lire les règles de notre site avant de poster un commentaire.
par