L’impact du COVID-19 sur les dépenses des consommateurs

L’impact du COVID-19 sur les dépenses des consommateurs
par

Les résultats de notre étude internationale de novembre 2020 indiquent que les consommateurs ont l’intention de réduire leurs dépenses non essentielles en 2021.

En effet, dans 15 des 17 pays couverts par l’étude, une majorité affirme en avoir l’intention : 61% des Américains, 68% des Français, 83% des Italiens et 86% des Espagnols.

Mais l'intention de réduire les dépenses se reflétera-t-elle dans la réalité post-pandémique - ou au contraire, verrons-nous une hausse des dépenses dans des secteurs dans lesquels les activités étaient limitées ?

Pour le savoir, nous avons mené une enquête aux Etats-Unis quelques jours seulement après le lancement de notre livre blanc.

Les Américains sont plus nombreux à prévoir d'augmenter le montant qu'ils consacrent aux sorties dans les bars et les restaurants une fois la crise passée.

Aux États-Unis, les données de YouGov Direct révèlent que les consommateurs américains prévoient d'augmenter leurs dépenses (par rapport aux niveaux pré-pandémiques) dans certains secteurs une fois la pandémie passée.

Trois personnes sur dix affirment avoir l’intention d’augmenter leur budget bars et restaurants (31%), contre seulement 14% qui disent vouloir dépenser moins. Enfin, près de la moitié des américains (49%) prévoient de retrouver un niveau de dépenses équivalent au niveau pré-pandémique.

Il en va de même pour les rendez-vous liés aux soins personnels (coiffeur, barbier, manucure…) : une majorité a l’intention de conserver un budget identique (62%), 23% s’attendent à dépenser plus, tandis que 11% seulement ont l'intention de dépenser moins.

En parallèle, les Américains sont légèrement plus nombreux à prévoir d'augmenter leurs dépenses dans les cinémas (23%), qu’à les diminuer (21%). Une personne sur deux n’a quant-à-elle pas l’intention de modifier son budget.

Enfin, près d'un cinquième des Américains prévoit de dépenser davantage en vêtements, chaussures et produits de beauté (18%) - contre 12% qui envisagent de dépenser moins et deux tiers (66%) qui n'ont pas l'intention de faire évoluer leur budget dans un sens ou dans l'autre.

Si les États-Unis ne sont pas nécessairement le reflet de tous les autres marchés, ces résultats suggèrent que les consommateurs prévoient majoritairement de revenir à leur niveau de dépenses pré-pandémique, voire de l’augmenter dans certains secteurs. Les personnes qui comptent réduire les dépenses liées aux activités sociales, aux soins personnels ou aux sorties cinéma représentant une minorité.

Pour en savoir plus sur l’évolution du secteur bancaire, téléchargez notre livre blanc international !

Méthodologie

Pour cette étude, YouGov a combiné des données syndiquées issues des outils RealTime et Profiles, recueillies auprès de plus de 18 000 personnes dans 17 pays (Chine, Hong Kong, Indonésie, Singapour, Australie, Inde, Emirats arabes unis, Danemark, France, Italie, Allemagne, Royaume-Uni, Espagne, Suède, Etats-Unis, Pologne, Mexique). Toutes les enquêtes ont été menées en ligne en novembre 2020. Les échantillons sont représentatifs de la population nationale selon la méthode des quotas. Dans 3 pays, les échantillons sont représentatifs de la population en ligne : Hong Kong, Indonésie, Inde.

YouGov Direct : étude réalisée auprès de 1 200 adultes américains le 9 mars. Les données sont pondérées en fonction de l'âge, du sexe, du niveau d'éducation, de l'affiliation politique et de l'origine ethnique afin d'être représentatives des électeurs inscrits aux États-Unis. La marge d'erreur est d'environ 4,1% pour l'échantillon global. 

Follow @YouGovFrance

Veuillez lire les règles de notre site avant de poster un commentaire.
par