Etude spéciale COVID-19 #11 : le ressenti des Français à l’aube du déconfinement

Etude spéciale COVID-19 #11 : le ressenti des Français à l’aube du déconfinement
par

Annoncé par Emmanuel Macron le 13 avril, le déconfinement débutera le 11 mai 2020 en France et entraînera une série de mesures exposées dernièrement par le gouvernement.

La réouverture des écoles toujours autant contestée

La réouverture des établissements scolaires constitue l’une des mesures phares du gouvernement. A ce sujet, le Conseil scientifique et l'Académie de médecine ont préconisé une réouverture des écoles en septembre. Le gouvernement va donc à l'encontre de leur rapport avec la réouverture progressive des établissements scolaires dès le 11 mai.

68% des Français estiment que le gouvernement a tort de maintenir la réouverture des établissements scolaires à partir de cette date. A l’inverse, trois Français sur quatre préfèrent une réouverture des écoles en septembre, comme ce sera le cas en Espagne ou en Italie (74%).

L’aide financière accordée à Air France et Renault divise les Français

La transition vers un déconfinement progressif se fait aussi par l’aide apportée aux entreprises. Parmi elles, Air France s’est vu être accordé 7 milliards d’euros de prêts bancaires et de l'Etat français pour faire face à la crise sanitaire. Si 45% des Français pensent que cette décision est nécessaire, 40% estiment l’inverse. A noter : les hommes sont plus nombreux à soutenir cette mesure : 55% d’entre eux trouvent cette décision nécessaire vs. 35% des femmes.    

L'Etat envisage également de garantir un prêt bancaire d'environ 5 milliards d'euros pour aider le groupe automobile Renault à traverser la crise. A nouveau, les Français sont divisés sur cette question puisque 38% d’entre eux considèrent que cette décision est nécessaire (vs. 49% qui pensent l’inverse).

L’achat de masques, élément central du déconfinement

Les commandes massives de masques par l’Etat ces dernières semaines ont fortement participé à la mise en place du déconfinement à partir du 11 mai. En outre, depuis dimanche matin, les Français peuvent désormais se procurer des masques dits "grand public" en pharmacie - c'est-à-dire des masques en tissus, jetables ou lavables. Les masques FFP2 et chirurgicaux, quant à eux, restent réservés aux personnels de santé. Un Français sur deux a l’intention d’acheter un/des masque(s) de protection (50%).

Enfin, les masques "grand public" seront vendus en lot individuel à tous les clients dans les bureaux de tabac à partir du jeudi 30 avril. Ils seront commercialisés au prix de 5 euros pièce avec une notice d'utilisation, un prix jugé excessif par la grande majorité des Français (77%).

Pour accéder aux résultats détaillés cliquez ici.

Méthodologie :

Etude Omnibus réalisée du 27 au 28 avril 2020 auprès de 1 000 personnes représentatives de la population nationale âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

Follow @YouGovFrance

NOUS CONTACTER

 
Veuillez lire les règles de notre site avant de poster un commentaire.
par