Etude spéciale éco-anxiété, en exclusivité pour Le HuffPost

Etude spéciale éco-anxiété, en exclusivité pour Le HuffPost

Auteur de l'article : Sandra Lorenzo

Comment l'éco-anxiété touche et transforme les Français​

L'angoisse du réchauffement climatique n'engendre pas que de mauvaises choses chez celles et ceux qui en souffrent, elle est aussi un moteur, c'est le sujet de notre dossier spécial.

PSYCHOLOGIE - L’avion, c’est (presque) fini. Il va falloir se mettre au vrac et ne plus manger de viande. Terminé aussi la fast fashion, notre garde-robe ne sera que de l’occasion. Quant au chauffage cet hiver, ressortons mitaines et gros pulls pour limiter les dégâts.

Au quotidien, les Français font des efforts. Dans un sondage exclusif YouGov pour Le HuffPost LIFE, 84% des personnes interrogées disent trier leurs déchets, 81%, faire attention à leur consommation d’énergie, 70%, à leurs courses alimentaires. 37% des Français assurent privilégier l’occasion au neuf, 11% ne plus prendre l’avion et 10%, ne plus manger de viande.

Et cela ne concerne pas seulement notre seule personne. 76% de Français jugent les personnes de leur entourage qui ne font pas du tri, 72%, ceux qui ne font pas attention à leur consommation d’énergie. 58% des personnes interrogées voient même d’un mauvais œil ceux qui, à leurs yeux, surconsomment.

Malgré tout, l’inquiétude grandit. Et si c’était trop tard? 51% des Français interrogés par l’institut de sondage affirment que le réchauffement climatique est pour eux une source d’angoisse. Ce chiffre s’élève même à 72% chez les 18-24 ans, une génération bien plus au fait des problématiques environnementales et engagée dans l’écologie que les précédentes.

L’éco-anxiété, un poids très lourd à porter​

Cette angoisse porte un nom, l’éco-anxiété, et elle provoque en nous bien des remous. Elle se manifeste par de la colère pour 39% des personnes interrogées, mais aussi par de la peur pour 34% des Français, puis par de la déprime pour 14% d’entre nous. Plus rarement, cette angoisse génère des troubles du sommeil (8%), un mal de dos (7%), de la dépression (4%) ou même des crises d’angoisse (3%).

Le poids de l’éco-anxiété serait donc bien lourd à porter. Mais, c’est l’un des enseignements de ce sondage, notre éco-anxiété est aussi le signe d’un profond changement. Cette inquiétude n’est pas forcément synonyme de paralysie. Au contraire, notre émotion, notre empathie face à la préservation de notre planète nous pousse à agir.

Pour aller mieux, 42% des personnes interrogées assurent en parler avec leur entourage et 35%, s’engager encore plus. Une fois encore, ce sont les jeunes générations qui montrent la voie. Les 18-24 ans comme les 25-34 ans sont ceux qui cherchent le plus à s’engager pour sortir de l’éco-anxiété.

C’est la raison pour laquelle Le HuffPost LIFE s’intéresse dans ce dossier spécial aux contours de cette éco-anxiété ainsi qu’à tout ce qu’elle pourrait engendrer de bon dans les années à venir.

Pour découvrir la suite de l'article, rendez-vous sur le site du HuffPost !

Méthodologie

Etude Omnibus réalisée en exclusivité pour Le HuffPost du 16 au 17 octobre 2019 auprès de 1 027 personnes représentatives de la population nationale française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

 

Follow @YouGovFrance

 

NOUS CONTACTER

 
Veuillez lire les règles de notre site avant de poster un commentaire.