L’affaire Benalla : première crise politique du quinquennat Macron

L’affaire Benalla : première crise politique du quinquennat Macron

By

par

Le 1er mai 2018, alors chargé de mission au cabinet du président de la République et chargé de sa sécurité, Alexandre Benalla, a été filmé en train de frapper et malmener des manifestants. Ce n’est que deux mois et demi après les faits que la vidéo est rendue publique et depuis, la polémique ne cesse d’enfler.

Depuis quelques jours, l’affaire fait la une de l’actualité. Alexandre Benalla et le président de la République sont mis sous les feux des projecteurs et forcés de s’expliquer sur les faits révélés. Les avis des Français sont mitigés quant à la tournure médiatique de cette crise politique. En effet, 43% d’entre eux déclarent que le traitement médiatique est bien trop important et pour un tiers, il serait équilibré par rapport aux faits (33%). Au sein des proximités partisanes, les avis restent également mitigés auprès de la Droite comme de la Gauche, contrairement aux partisans du Centre pour qui l’emballement des médias est jugé trop important par une large majorité (70%).

En premier lieu, les Français qualifient cette récente polémique d’« affaire d’Etat » (37%), notamment les sympathisants de Droite et de Gauche (respectivement 45% et 49%). En revanche, pour plus de la moitié des partisans du Centre, il s’agirait davantage d’un « fait divers » (54%). L’affaire Benalla est jugée comme étant la pire crise politique depuis l’élection d’Emmanuel Macron par une majorité de Français (57%). Les sympathisants de tous les partis s’accordent également en confirmant que cette crise est la plus importante du quinquennat jusqu’à aujourd’hui (69% des partisans de Gauche, 64% de Droite et 56% du Centre).

Quelques jours après le déroulement des faits en mai dernier, Alexandre Benalla aurait été mis à pied et fait l’objet de sanctions administratives. Ce n’est qu’après la publication de la vidéo le 18 juillet qu’il sera finalement licencié. Ainsi, pour près de 3 Français sur 4 ce licenciement intervient bien trop tard (74%), un avis partagé quelle que soit la proximité partisane.

Concernant Emmanuel Macron, une majorité de Français juge son audition par les commissions d'enquête de l'Assemblée ou du Sénat nécessaire (61%), un avis ici encore partagé par les sympathisants de Droite (69%) et de Gauche (75%). En revanche, les sympathisants du Centre estiment au contraire qu’elle n’a pas à avoir lieu (57%).

Cette crise politique semble ternir effectivement l’image du Président de la République. En effet, pour 4 Français sur 10, l’affaire Benalla a changé en mal leur perception du chef de l’Etat (38%). Dans le détail, près de la moitié des sympathisants de Droite comme de Gauche partage cet avis et ont une image plus négative d’Emmanuel Macron depuis cette polémique (respectivement 48% et 45%). A l’inverse, auprès des sympathisants du Centre, cela ne semble pas avoir changé les perceptions (69%).

Les résultats détaillés du Baromètre ici

Retrouvez aussi le palmarès des personnalités

 

Veuillez lire les règles de notre site avant de poster un commentaire.

By

par