Des temps difficiles pour le leader mondial des VTC, UBER

Des temps difficiles pour le leader mondial des VTC, UBER
par

En France ou aux Etats-Unis, le géant américain a essuyé quelques échecs au cours des derniers mois.
Grèves d’un côté et appel au boycott de l’application de l’autre, Uber fait l’objet de nombreuses polémiques.

En France, les grèves des chauffeurs Uber impactent la marque

Courant décembre, la hausse des commissions de 20% à 25% provoque la colère chez les chauffeurs de VTC. Les grèves et manifestations dans la capitale s’intensifient et l’image de marque Uber en prend un coup.
Selon BrandIndex, le score de Buzz d’Uber chute alors de -19 points entre le 15 décembre 2016, jour de la grève des chauffeurs Uber, et le 14 janvier 2017.
Au cours de la même période, le score d’Impression de la marque perd également -11,5 points, atteignant alors un score négatif de -9,3.
Accusé « d’esclavagisme moderne », il semblerait que le modèle tant convoité « d’ubérisation » montre ses premières limites.
Enfin, malgré des scores qui restent négatifs, il semblerait qu’il y ait une amélioration progressive depuis le score le plus bas en janvier jusqu’à aujourd’hui.

Aux Etats-Unis, les Bad Buzz s’enchainent…

Au même moment, la firme américaine ne semble pas se porter beaucoup mieux de l’autre côté de l’Atlantique.
Tout commence avec le « Forum Stratégique » de Donald Trump auquel le PDG d’Uber, Travis Kalanick, participera. Vient ensuite les soupçons vis-à-vis de l’entreprise de vouloir tirer profit du décret anti-immigration du président américain. Un grand nombre d’utilisateurs prennent d’assaut les réseaux sociaux et lance le hashtag « #deleteuber » faisant ainsi appel au boycott de l’application.
Malgré une tentative du PDG de remonter la pente par une démission du conseil de Trump et d’une déclaration qui condamne ce décret, il semblerait que ce soit trop tard pour arrêter cet effet boule de neige.
BrandIndex montre bien l’impact négatif des dernières décisions et actions de Uber.
Le score de Buzz (orange) chute alors de -12,7 points atteignant un score négatif de -4,2 au 6 mars 2017.
Le score d’Impression (bleu), sur la même période, soit du 29 janvier 2017 au 06 mars 2017, chute aussi de -9 points pour atteindre un score, qui reste malgré tout positif, de 1,9.


Les différentes décisions prises par les dirigeants d’Uber ont été regardées à la loupe, et les impacts n’ont pas été des moindres et ce de manière unanime à l’International.
Une situation bien plus positive pour les concurrents d’Uber, Lyft ou encore Chauffeur Privé en France, qui profitent effectivement de ce bad Buzz.

Méthodologie

BrandIndex, c’est l'outil de suivi en continu des marques et de toutes les actions marketing & communication qui leur sont dédiées. En France, plus de 700 marques sont évaluées de manière quotidienne via notre panel de 175 000 répondants. Evaluation qui se fonde sur des indicateurs de Visibilité, d’Image et d’Intention d’achat.

Buzz : au cours des deux dernières semaines, pour quelles marques avez-vous vu, lu ou entendu quelque chose de positif/négatif (que ce soit dans l’actualité, via une publicité, sur Internet ou en parlant avec votre entourage) ?  
Le score est exprimé en % de Buzz positif - % de Buzz négatif. Par exemple 60% de positif – 20% de négatif = +40. Le Buzz est donc un score pouvant varier de -100 à +100.

Impression : dans l’ensemble, de quelles marques avez-vous une impression positive / négative ? Le score est exprimé en % d’Impression positive - % d’Impression négative. Par exemple 60% de positif – 20% de négatif = +40. L’Impression est donc un score pouvant varier de -100 à +100.

Moyenne Glissante : 4 semaines
Population 18+
N (France) ~ 1 100
N (USA) ~ 2 700

 
Pour en savoir plus : BrandIndex

Veuillez lire les règles de notre site avant de poster un commentaire.