Résultats du Baromètre YouGov France / Le Huffington Post / I>télé de Novembre 2016

Résultats du Baromètre YouGov France / Le Huffington Post / I>télé de Novembre 2016
par

Au contraire de François Hollande, la popularité de Manuel Valls progresse

A agendas différents, tendances différentes. Le couple exécutif se distingue ce mois-ci par son évolution : l’un enregistrant un énième coup d’arrêt alors que l’autre renoue avec une relative popularité.

Le Président François Hollande n’est crédité, ce mois-ci, que de 15% d’opinions favorables (-1 point par rapport au mois dernier) et semble payer la vague de critiques qui suivirent la sortie du très médiatisé «  Un président ne devrait pas dire ça… ». Cette baisse se répercute de manière plus ou moins forte en fonction des proximités partisanes. Ainsi, c’est auprès des Centristes et de sa propre majorité que la chute est la plus brutale : 10% d’opinions favorables (-12 points) auprès des sympathisants du Centre et 42% d’opinions favorables (-9 points) auprès des sympathisants PS, EE-LV. De plus, François Hollande perd 3 points auprès des Frontistes (3% d’opinions favorables). Enfin, malgré une popularité basse auprès du Front de Gauche (16%) et du parti Les Républicains (7%), le Président parvient à enregistrer une hausse d’un point auprès de ces deux groupes de sympathisants ce mois-ci. 

En déplacement sur le continent africain, Manuel Valls remonte à 20% d’opinions favorables et valide sa stratégie, de se présenter en Premier ministre rassembleur en cette fin de mandat.  En résulte une hausse de sa popularité, ciblée essentiellement au sein de sa majorité : 51% d’opinions favorables auprès des sympathisants PS, EE-LV, soit une hausse de 3 points. A droite, Manuel Valls gagne 4 points auprès des sympathisants du parti Les Républicains (14% d’opinions favorables) et reste stable auprès des Frontistes (7% d’opinions favorables). Enfin, le Premier ministre enregistre tout de même une baisse auprès des sympathisants du Front de Gauche (13% d’opinions favorables, -3 points) et auprès des Centristes (22% d’opinions favorables, -15 points).

Malgré une actualité marquée par le démantèlement de la « Jungle » de Calais, le podium des sujets de préoccupation des Français en politique reste inchangé ce mois-ci. Dans le détail, « le chômage / l’emploi » reste en tête du classement et enregistre même une hausse d’un point (30%) suivi de l’« immigration » qui perd un point (15%) et de l’« insécurité » qui gagne un point (13%).

Après une légère amélioration, le gouvernement voit son image chuter à nouveau

Créditée de 13% d’opinions favorables, l’équipe gouvernementale voit sa popularité baisser de 2 points et n’arrive pas à convaincre les Français des bénéfices de son action à quelques mois de l’échéance présidentielle. En baisse sur la quasi-totalité des franges de l’opinion, le gouvernement se voit sanctionné surtout à sa gauche mais également au Centre : -2 points auprès des sympathisants du Front de Gauche (11% d’opinions favorables), -7 points auprès de son propre camp (43% d’opinions favorables) et -9 points auprès des Centristes (11% d’opinions favorables). A droite, les membres du gouvernement perdent 2 points auprès des proches du parti Les Républicains (4% d’opinions favorables) et parviennent à se stabiliser auprès des Frontistes (3% d’opinions favorables comme en octobre).

Ce mois-ci, le gouvernement enregistre une baisse générale sur les items politiques et sociétaux et rompt avec la tendance du mois dernier. En baisse, moins d’un tiers des Français estime que le « gouvernement est prêt à prendre des décisions impopulaires si elles sont bonnes pour le pays » (30%, -1 point), qu’il « a de bonne intentions, même s’[ils] ne [sont] pas toujours d’accord avec ses positions » (27%, -3 points), et qu’il « s’adresse à toute la population, pas seulement à ses électeurs » (27%, stable). Aussi, notons que moins d’un Français sur quatre déclare que le gouvernement « a une ligne claire, dont il ne bouge pas » (22%, -2 points), et que moins d’un Français sur cinq déclare qu’il « est composé de personnes compétentes » (18%, -1 point) et « qu’il va de l’avant, et propose des mesures modernes » (16%, -2 points).

En pleine primaire, le parti Les Républicains parvient à capitaliser sur l’ensemble des items politiques et sociétaux. En tête, plus d’un tiers des Français estime que le parti Les Républicains « est prêt à prendre des décisions impopulaires si elles sont bonnes pour le pays » (38%, +1 point). En retrait, moins d’un Français sur trois estime que le parti « a de bonnes intentions, même s’[ils] ne [sont] pas toujours d’accord avec ses positions » (31%, +2 points), qu’il « est composé de personnes compétentes » (30%, +1 point), qu’il « a une ligne claire, dont il ne bouge pas » (27%, +1 point), qu’il « s’adresse à toute la population, pas seulement à ses électeurs » (27%, +2 points) et « que la société prônée par le parti est globalement celle dans laquelle [ils] souhait[ent] vivre » (26%, +1 point). Enfin, près d’un quart des Français estime que le parti Les Républicains « va de l’avant, et propose des mesures modernes » (25%, stable) et «qu’il protège les intérêts des personnes comme [eux] » (23%, +1 point).

Les résultats détaillés du Baromètre ici

Retrouvez aussi le palmarès des personnalités

Veuillez lire les règles de notre site avant de poster un commentaire.
par